Toutes les fins octobre et débuts novembre, je pense aux Rencontres autour du Saxophone Baryton qui s’y sont déroulées entre 2008 et 2011 à cette époque. Malgré les deux essais pour repartir sur une cinquième édition qui n’a jamais vu le jour, cette année je me souviens des rencontres avec un peu de nostalgie parce qu’il me manque l’esprit du partage des connaissances qu’on a connu à Ambazac.

Ces journées intenses de travail, organisées par Eric Devallon et Damien Royannais (toujours mes référents du saxophone baryton classique), comprenaient plusieurs activités (concerts, ateliers, colloques, essais de matériel, etc.) qui permettaient de nous mettre au jour sur différents sujets du saxophone baryton.

On a eu la possibilité de voir l’élargissement de la liste d’œuvres pour saxophone baryton de l’ « Association Bar&Co » (toujours plus importante, comme vous pouvez voir ici), la naissance des « Éditions Bar&Co » (la première éditions spécialisée pour le répertoire de cet instrument) et d’écouter beaucoup de pièces (créations incluses).

Pendant ces quatre éditions, on a également eu l’opportunité de rencontrer des compositeurs ayant écrit des pièces importantes pour l’instrument, tels que José Luís Campana, Sergio Fidemraizer, Sixto Herrero, Christian Lauba, Dominique Soulat et Isabel Urrutia, parmi tant d’autres, et de partager l’expérience de saxophonistes variés tels que Serge Bertocchi, Richard Ducros, Philippe Geiss, Willem van Merwijk, Gilles Tressos, parmi beaucoup d’autres.

Toutes ces expériences vécues et les connaissances acquises et partagées, m’ont définitivement motivées et données l’envie de me spécialiser au saxophone baryton en développant mes projets musicaux.

Le 17ème Congrès Mondial du Saxophone arrive et il ne serait bien de profiter de cette occasion pour rassembler les barytonistes de nous rencontrer (attention, je ne propose pas ici de faire un congrès parallèle), discuter et apporter quelque chose au futur de notre instrument…

Si ça vous dit, on se voit à Strasbourg ?